L E   S I T E

E S P A C E S

T E C H N I Q U E S

O U T I L S

ΠU V R E S

A N N E X E S

Les Quatre Espaces

Les Dispositifs

Masses Spatiales

Empreintes Spatiales

L'Espace Composé

Exemples

 Le Plan

Recherche

 

Attributs les instruments

 

La Masse-Canal les instruments

 

L'aire les instruments

 

Le site les instruments

 

La résolution les instruments

 

La densité les instruments

 

La forme les instruments

 

L'organisation les instruments

 

Variations de Masses les instruments

 

 

E S P A C E S . . .   

Masses Spatiales

les instruments La Masse-canal

La masse spatiale telle que définie en projection directe n'a de sens que part rapport au support sur lequel les informations ou le signal est stocké, et au dispositif de projection utilisé. La masse-canal est liée à la masse spatiale d'un objet sonore par le nombre de canaux du support et du dispositif de projection que requiert cet objet sonore pour exister.
  Elle n'est pas porteuse d'information en elle même, elle représente le substrat matériel de la masse spatiale et dépend principalement des valeurs de l'aire et la résolution.


Pour la caractériser, on pourra utiliser les termes plus ou moins consacrés du type nombre-de-canaux-phonique : on pourra parler ainsi d'objet mono-, duo-, tétra- ou octophonique, mais aussi triphonique, pentaphonique, hexa-, hepta-, déca-, dodécaphonique etc. (voir les dispositifs).
  Ces objets n-phoniques s'insèrent obligatoirement à l'intérieur de l'espace n-phonique du dispositif de projection, tout comme un objet mono ou stéréo dans un mixage stéréo : en termes de canaux, l'espace de composition doit être égal ou supérieur à celui des objets sonores (pas d'objet penta possible en tétraphonie...), ou, autrement dit, la masse-canal des objets-sonores est toujours inférieure ou égale au nombre de canaux du dispositif (rappel : en projection directe et sans interpolation spatiale).

 Principe et
 précautions

   Sur le schéma ci-contre, la masse-canal de trois objets est représentée par trois couleurs (dispositif "dodécaphonique" 2D, vue de dessus, en gris la zone d'audition, la direction de projection des enceintes et l'orientation des auditeurs n'est pas précisée) :
- la masse-canal de l'objet rouge est égale à 1 ;
- celle de l'objet bleu est égale à 3 ;
- celle de l'objet vert est égale à 2.

   On voit bien que la masse-canal ne nous renseigne pas sur l'aspect sonore de la masse spatiale - les attributs de masse - mais uniquement sur le nombre de canaux nécessaires à sa (re)production.

   Par exemple, avec un minimum d'expérience en projection sonore, on sait que si le rôle de l'espace extrinsèque n'est pas trop important, et si les autres critères de l'objet le permettent, seule la masse apparente de l'objet rouge correspondra à la masse-canal. On peut parler dans ce cas de masse coïncidente.

   En ce qui concerne l'objet bleu, si on suppose que l'intensité est égale sur les trois canaux (la densité) et l'organisation identique, la masse apparente ne sera par contre jamais égale à la masse-canal représentée, mais ressemblera plutôt à une zone un peu floue, centrée à proximité de l'un ou l'autre haut-parleur en fonction de la place qu'occupe l'auditeur. Au contraire, si l'organisation est complexe et totalement décorélée, les trois canaux pourront éventuellement être distingués et ce quelle que soit la position de l'auditeur, mais avec des "points de vue" différents.

   Pour l'objet vert, compte de tenu de son aire très large et de sa faible résolution, il est probable qu'il ne soit pas perçu comme un tout sur le plan spatial, mais plutôt comme un objet partagé, où chaque partie est à la fois identique et distincte si l'organisation est unie et la densité sont égales, ou aux rapports complexes si l'organisation est différente.

 

 

 

 Cas particulier

   Plusieurs attributs n'apparaissent que lorsque la masse-canal est supérieure ou égale à 2.
En fait, lorsqu'elle est égale à 1, le seul attribut de la masse spatiale disponible est le site, la "position" de la source émise par un seul canal / haut-parleur.

   De nombreux outils qui permettent de générer et contrôler des profils de masses ("mouvements spatiaux") considèrent les objets comme réduits à des "points" ("sources ponctuelles"). En réalité, ils ne sont ponctuels du point de vue de la masse spatiale que lorsqu'ils conservent une masse-canal de 1 (masse coïncidente), en espace cloisonné ou dans la réalisation de profils scalaires.
   Pour qu'il y ait variation apparente continue du site, il faut soit effectuer des variations conjointes du site, de l'aire et de la densité pour simuler une continuité de déplacement lorsque la résolution est inférieure au seuil de discrimination angulaire, soit avoir une résolution du dispositif de projection suffisante.