L E   S I T E

E S P A C E S

T E C H N I Q U E S

O U T I L S

ΠU V R E S

A N N E X E S

Equipement

Multipistes

Modulaires

Instruments

Plugins

Autres

 Le Plan

Recherche

Les quatre modes les instruments

Tableau comparatif les instruments

Commentaires les instruments

Les modules "Surround" les instruments

Automations en mode "surround" les instruments

Montage Multicanal les instruments

Contrôles en mode "Auxiliaire" les instruments

"Multi-surround" les instruments

 

O U T I L S

Logiciels multipistes

les instruments Techniques "multi-surround" 

 

J'ai introduit ce terme pour décrire la technique que j'ai utilisée il y a quelques années pour la réalisation de pièces en seize canaux dans Nuendo, qui ne dispose que de bus douze canaux.
L'idée fort simple consiste à associer deux bus (ou plus) pour obtenir le total souhaité, cette association se faisant par simple juxtaposition ou mieux par l'intermédiaire de contrôles MIDI et/ou de plugins particuliers.

Pour que cela puisse fonctionner, le logiciel doit déjà posséder des bus multicanaux et permettre la définition de plusieurs bus de sortie différents, chacun étant associé à un ensemble d'enceintes différent. On pourra avoir par exemple deux bus huit canaux, le premier étant relié aux sorties 1 à 8 et le second aux sorties 9 à 16 d'une interface audio.
Les logiciels multipistes supportant cette technique sont actuellement Cubase SX (6 canaux par bus), Nuendo (12), Digital Performer (12), Podium (32), Protools HD (8) et Pyramix (8).
Il est évident que plus le nombre de canaux par bus supporté est important, plus il est facile de travailler dans des formats importants. Par exemple, pour travailler en 18 canaux, Cubase SX nécessitera 3 bus alors que seulement 2 seront nécessaires dans Nuendo.

 

 Le montage

C'est le cas de figure le plus simple : puisque la limite des bus interdit de placer des fichiers disposant du nombre adéquat de canaux, il suffit de les dissocier en deux fichers (ou plus) comportant le nombre de canaux supportés par le logiciel.
Celui-ci doit si possible permettre de grouper ces fichiers sur des pistes adjacentes, ou encore mieux les rassembler dans une piste spéciale (pistes "Répertoire" cher Steinberg) qui permet ensuite de les traiter pratiquement comme si c'étaient des fichiers uniques.
Il existe quand même certaines contraintes comme les fondus ou l'automation du volume, la plus importante étant l'impossibilité de traiter les fichiers par un seul plugin multicanal. Mais dans beaucoup de cas, le traitement par deux plugins en parallèle revient à peu près au même (à part que c'est moins pratique à manipuler).
Mais bon, des générations d'utilisateurs de Protools ont travaillé pendant des années avec des objets stéréo présentés sous la forme de deux pistes mono, on peut bien faire du montage sur des objets hexadécaphoniques partagés sur deux pistes octophoniques...

En ce qui concerne la modification des masses spatiales, comme par exemple changer leur aire ou leur site, la dissociation de la masse initiale sur deux bus ou plus rend par contre l'opération difficile, voir impossible.

Sur cette illustration (Nuendo), deux pistes "répertoire" contiennent chacune deux pistes audio huit canaux, contenant les deux "moitiés" de fichiers seize canaux.
Le découpage et le montage est possible au niveau "répertoire", mais les fondus ou l'automation de volume doivent être effectués au niveau des pistes audio. Si elles sont groupées, les réglages de fondus et de volume global sont automatiquement liés.

 

 

 

 Le contrôle des
 masses spatiales

Là, évidemment, ça se complique un peu...
Effectuer le montage/mixage de fichiers multicanaux nécessite d'avoir réalisé ces fichiers dans d'autres applications, ou de les avoir obtenus par capture microphonique, avant de les importer dans le logiciel multipiste.

Mais la modification de leur masse spatiale est très problématique, et, selon les méthodes de composition, on a souvent besoin également de façonner les masses d'objets mono, stéréo ou autres à l'intérieur de l'espace total du dispositif de projection (opération souvent appelés "spatialisation", voir l'écriture spatiale), à la manière dont on le fait en penta ou octophonie.

L'astuce consiste alors à utiliser deux plugins (ou plus) et à les contrôler simultanément : en gros, l'un se charge d'une partie des canaux sur une piste et l'autre des canaux restant sur l'autre piste.
Pour qu'ils se comportent comme un module de masse spatiale unique, il faut qu'ils soient tous les deux contrôlés par un même objet, ou encore que l'un puisse être l'esclave de l'autre.
C'est la liaison MIDI qui est ici utilisée.

Dans la figure ci-contre (Nuendo), quatre pistes "répertoires" contiennent chacune deux pistes huit canaux, sur lesquelles sont placés en doubles des fichiers stéréo. Une solution plus élégante consiste à ne placer dans cette piste répertoire qu'une seule piste audio mais dotée de deux départs auxiliaire et deux pistes groupes. C'est un peu plus long à configurer mais prend moins de ressources et, selon le logiciel, peut faciliter le montage.

Sur chaque piste audio ou piste de groupe est inséré un plugin de contrôle de masse octophonique (deux entrées sur huit sorties), chacun étant configuré pour correspondre à la disposition d'une moitié des points de projection.

Les positions des sources (les deux canaux des fichiers stéréo) sont contrôlées en MIDI par un plugin qui peut par la même occasion centraliser et représenter les positions correspondant à plusieurs pistes à la fois (facultatif mais précieux...).
Les automations sont quant à elles enregistrées sur des pistes MIDI correspondant aux plugins concernés, intégrées aux pistes "répertoire" et groupées avec la ou les autres pistes audio (voir le tutoriel sur le site des AcousModules).

 

Exemples d'affectation des sorties des interfaces audio sur deux bus huit canaux dans Nuendo et Digital Performer :