L E   S I T E

E S P A C E S

T E C H N I Q U E S

O U T I L S

ΠU V R E S

A N N E X E S

Les "formules"

Projections

Formats Surround

Captures

Méthodes

Applications

 Le Plan

Recherche

 La projection directe les instruments

Les projections indirectes, le Matriçage les instruments

L'Ambisonic les instruments

La projection interprétée les instruments

 Les projections simulées les instruments

 Le "Son 3D" HRTF les instruments

 La Wave Field Synthesis les instruments

 

   

TECHNIQUES  

Les techniques (ou procédés) de projection sonore

 

Projeter des sons à partir de plus d'un haut-parleur pose une infinité de questions, parmi lequelles :
- quel type d'image spatiale souhaite-t'on créer : précise, diffuse, enveloppante, éclatée ?
- pour quel auditoire, dans quelles circonstances ?
- essaie-t'on de reproduire un espace acoustique pré-existant ou d'en "inventer" de nouveaux ?
- quel sont les rapports qui existent entre la manière dont le signal est inscrit sur le support et les canaux de projection ?
- existe-t'il une liaison avec des éléments visuels ?
- les auditeurs sont-ils rassemblés en une même zone ou se déplacent-ils ? Comment sont-ils orientés ?
etc...

 

   Aux questions posées au début, il n'existe évidemment pas de réponse unique, de technique étant sensée couvrir tout le champ des possibles sonores et des territoires de l'écoute. Aucune n'est "naturelle", même celles qui semblent s'appuyer sur des théories acoustiques. Chaque technique de projection sonore possède un champ d'application pour lequel elle est particulièrement adaptée.
   Chacune détermine un certain nombre de possibilités, cohérent ou non avec certains contenus, certains modes et formules de diffusion. Bien plus que de techniques, il s'agit donc encore une fois de choix d'ordre artistique intîmement liés aux choix compositionnels et à la destination qui est prévue pour l'œuvre.

La classification que j'introduit ici est inhabituelle car elle rassemble et confronte des écoles généralement étrangères les unes aux autres. Les regroupements auxquels elle conduit peuvent évidemment donner lieu à discussions...

 

Projection Directe : des objets sonores sont librement répartis selon des techniques variées (capture multi-microphonique, contrôle des intensités etc.) sur les différents canaux d'un support dont chaque canal est directement relié à un canal de projection (écoute domestique stéréo et "5.1", séances n-phoniques, installations, cinéma et vidéo...).

 

 


Projection Indirecte : des objets sonores sont capturés dans un espace acoustique (microphones) ou sont répartis sur différents canaux, et sont ensuite regroupés selon un calcul particulier sur deux ou quatre canaux (ou plus) ; le calcul est ensuite inversé et les objets répartis sur un nombre variable de canaux de projection (anciens formats "surround", certains modes de capture microphonique).

 

 

Projection Interprétée : des objets sonores sont mélangés sur deux canaux ou plus, et sont ensuite dupliqués d'une manière dynamique lors de diffusions publiques sur un nombre supérieur de canaux de projection (concert uniquement).

 

 

Projection Simulée (WFS) : les objets sonores sont placés dans un espace virtuel, qui est transformé selon un calcul particulier en variations acoustiques générées par un grand nombre de canaux de projection (concert, installations, cinéma ?).

 

 

Projection Simulée (HRTF) : des objets sonores sont placés dans un espace virtuel, modifiés selon un calcul particulier et projetés par deux canaux (jeux vidéo, "son surround" au casque).

 

 

 

proj. directe

proj. indirecte

proj. interprétée

proj. simulée

matriçage

ambisonic

HRTF

WFS

 correspondance des
 canaux
oui : 1 à n
non : 2 => 3 à 7
non : 4 / 9 / 16 => 2 à n
non : 1 à 8** => non défini
oui : 2
non
 points de projection
 virtuels
non (position fantômes)
oui, mais peu efficaces
oui

 fixation complète

oui (dispositif implicite ou explicite)
partielle selon décodage
non
oui
selon la programmation logicielle

 traitements

oui
(possible)
non
(oui)
(possible mais déformation)
(certains intégrés dans le calcul WFS)
 jeu instrumental (synthèse,
 échantillonnage)
oui
(éventuel)
non (mais possible comme étape finale)
(oui)
(éventuel)
(possible)

 applications

capture multi-microphonique, traitements, synthèse, contrôle des masses et des empreintes spatiales, projection
diffusion
capture microphonique, contrôle des masses spatiales, diffusion
projection (contrôle des masses spatiales)
diffusion
capture microphonique ?, contrôle des masses spatiales, projection
 formules
supports domestiques et cinéma, installations, séances, (éventuellement concert)
supports domestiques (et cinéma)
installations (domestique avec décodeur)
concert uniquement
supports domestiques, jeux
installations, cinéma ?
 définition / résolution
illimitée, fonction de la disposition et du nombre de canaux
moyenne
variable / fonction de l'encodage ("ordre"), dispositifs centrés équidistants uniquement
variable...
médiocre (HP) / moyenne (casque)
potentiellement illimitée, dépend du nombre de canaux de projection
 respect du spectre
excellent
bon à moyen
très bon
variable
moyen
variable ?
 compatibilité
modification par proj. interprétée, changement de résolution si dispositif voisin
-
technique de contrôle des masses spatiales en proj. directe
pocophonie en proj. directe
stéréo en proj. directe
-
 outils : nombre, diversité,
 intégration
nombreux et variés, logiciels et plugins, traitements et instruments
(encodage)
peu nombreux, limités au contrôle du site de la masse spatiale
-
peu nombreux, limités
centres de recherche, Wonder (Linux)
 avantages
efficacité, qualité sonore, tous dispositifs possibles, c'est la seule technique qui soit utilisable durant tous les aspects d'une composition
ne nécessite que deux canaux, compatible stéréo sans décodage
ne nécessite que 4 canaux en 1er ordre, relative indépendance du contenu et du dispositif, adaptation au dispositif, possibilité de concevoir une œuvre indépendamment du dispositif de projection (mais est-ce un avantage ?...)
adaptation facile au dispositif de projection et au lieu
n'utilise que deux haut-parleurs
indépendance artistique du contenu sonore et du dispositif de projection
 inconvénients
la précision dépend du nombre et de la position des haut-parleurs, dispositifs difficilement interchangeables, nécessité de concevoir le dispositif comme un élément artitistique (mais est-ce un inconvénient ?...)
limite du nombre de canaux, séparation médiocre
complexité d'utilisation, précision très dépendante de l'ordre et du décodage, dispositifs centrés, nécessité de décodage en proj. directe pour effectuer des traitements
dissociation entre ce qui est composé et ce qui est entendu par le public, reproduction impossible à moins d'enregistrer l'interprétation
écoute au casque principalement
complexité, très grand nombre de haut-parleurs, ressources informatiques

 

* Pour certains aspects d'acoustique et de signal, voir le mémoire de Daniel Courville Procédés et systèmes d'enregistrement et de reproduction sonores en trois dimensions.

** Je pose arbitrairement le nombre de huit canaux comme limite supérieure au format source en projection interprétée, car au delà le procédé n'offre que peu d'intérêt sur les acousmoniums actuels. Mais il peut bien sûr être quelconque.